«RIVIÈRES» AU SALON DDESSIN PARIS 2020

Installation des «Rivières» à l’Atelier Richelieu lors de la huitième édition du salon de dessin contemporain DDessin Paris 2020.

16-20 Septembre 2020, 60 rue de Richelieu, Paris 2ème.

Les «Rivières» sont disposées dans des vitrines à fond miroir réalisées sur mesure par
Nicolas Bandassi, chaudronnier.
93x65x45 cm chacune / 2020.
Ensemble de photographies des «Rivières» in situ imprimées sur aluminium.
30x40cm / 2020

«Jolie surprise parmi les jeunes talents de la pépinière 2020, Roxane Kisiel impulse un rafraîchissant vent d’irrévérence avec sa pratique du dessin hors norme et hors support papier.

Son thème de prédilection ? La mort comme poétique de l’ouverture des corps. Profonde et mélancolique sans être macabre, l’artiste de 28 ans y voit surtout une manière détournée de s’intéresser à ce qui fait la vie, à l’insaisissable élément vital.

Observant la dynamique fluctuante des corps, et particulièrement le processus de rigidification qui les parcourt lorsqu’ils s’éteignent, Roxane Kisiel en déduit que le mouvement serait la propriété essentielle de la vie. Pour en rendre compte, elle puise dans le large éventail de matières à sa disposition – tissus, fils, papiers, perles… –, puis travaille les volumes.

Elle choisit souvent d’utiliser l’élément textile, pour sa fluidité et ses capacités à se déformer. Il lui permet de figurer tantôt la présence du souffle vital – quand le tissu s’anime – tantôt sa perte – quand il retombe à la manière d’une substance compacte et inerte. Le caractère transitoire et fragile du mouvement vital, le mystère de son origine et de ses oscillations se trouvent ainsi exprimés.

Avec le projet Rivière – composé de travaux de broderies sur des gants anciens mis en scène dans une installation sur les rives du Gardon –, Roxane Kisiel abat les frontières entre le corps et le paysage. Le cuir et le tissu des gants, en écho aux textures organiques, sont innervés par tout un réseau de fils rouges qui se déploie sur les éléments environnants – les rochers et la rivière – en les abondant de leur mouvement. « Avec le fil, il ne s’agit plus de tracer mais de transpercer la matière », précise l’artiste. Par cette technique, les différents éléments se trouvent interdépendants, reliés comme un seul et même corps. Une façon de replacer l’homme au cœur de son éco-système et d’exprimer les formes multiples de la vie qui sont ici en symbiose.»

 

      Article rédigé par Manon Schaefle et publié en ligne le 1er septembre 2020
sur le site d’information dédié à l’art contemporain Arts Hebdo Médias.

Titre de l’article : Avec DDESSIN, le futur n’attend pas !
Page : https://www.artshebdomedias.com /article/avec-ddessin-le-futur-nattend-pas/

©Inez 2015